Fertilité: attention aux mauvaises graisses!

Mauvaises graisses et fertilité
Mauvaises graisses et fertilité

Participez à ma formation en ligne gratuite

Les 5 clés essentielles pour booster votre fertilité

Régulièrement, vous pouvez assister à mon atelier en ligne 100% gratuit “Les 5 clés essentielles pour booster votre fertilité”. Rejoignez nous !

Les graisses (ou lipides) ont souvent été incriminées à tort de tous les maux…

Surpoids, diabète II, problèmes cardiovasculaires…

Heureusement, depuis de récentes études, elles sont largement réhabilitées!

Et l’on peut s’en féliciter quand on connaît les rôles fondamentaux qu’elles occupent dans notre métabolisme: composition des membranes cellulaires (et donc intervention dans les échanges cellulaires), synthèse des hormones et de l’énergie, participation indispensable au maintien et au développement des capacités cognitives…

Néanmoins tous les gras ne se valent pas!

Et certains sont même très délétères pour notre santé… et donc notre fertilité.

Ce billet est fait pour vous apprendre à distinguer les bonnes des mauvaises graisses et à bannir les secondes de vos menus au profit des premières :-).

La bonne nouvelle donc, c’est que vous n’êtes pas obligée d’éliminer les lipides de votre alimentation pour être en bonne santé et accroître votre fertilité. 

Les acides gras essentiels (AGE) tels que les oméga 3, 6 et 9 sont indispensables à une bonne capacité reproductive lorsqu’ils sont consommés dans les bonnes proportions et dans le cadre d’une alimentation saine bien entendu.

En effet, les AGE contribuent à réguler les hormones, à augmenter la circulation vers l’utérus, à soutenir la fabrication de glaire cervicale et à équilibrer le cycle menstruel.

Néanmoins donc, tous les gras ne constituent pas de bonnes sources d’AGE.

Les graisses hydrogénées et les gras trans sont néfastes pour la santé et la fertilité.

De plus, certains produits estampillés « sains » contiennent également des lipides rances qui sont toxiques parce qu’oxydés.

Nous allons aborder ces 3 types de gras nocifs à éviter absolument et vous comprendrez mieux pourquoi ils ne vous veulent pas que du bien 😉

Les graisses hydrogénées

Graisses hydrogénées - Margarine

Les industriels utilisent le procédé d’hydrogénation afin d’allonger la durée de conservation des produits en les empêchant de rancir et en améliorant leur texture.

Ce procédé consiste à ajouter des atomes d’hydrogène à des acides gras polyinsaturés (AGPI) pour les rendre plus stables. On crée ainsi une graisse artificielle plus solide et qui supporte mieux la chaleur et l’oxydation. 

Par exemple, l’hydrogénation permet de convertir une huile de colza liquide en une margarine semi-solide.

Or, ces composés créés artificiellement appartiennent à la catégorie des acides gras saturés (AGS) dont on connaît la toxicité sur notre organisme lorsqu’ils sont consommés en trop grand quantité.

Je vous encourage donc à décrypter les étiquettes des produits que vous achetez!

Si vous voyez apparaître dans la liste des ingrédients « graisses hydrogénées” ou « partiellement hydrogénées », ayez la sagesse de reposer gentiment le vilain paquet et de trouver une alternative plus saine ou de revenir tout simplement à des produits plus bruts ;-).

Voici quelques exemples d’ingrédients/ aliments contenant ces fameuses graisses hydrogénées à bannir: huile de soja, huile de palme, tous les produits industriels frits (préparation de pommes de terre, nuggets, poissons panés…), le fast-food, les produits transformés en général, les biscuits apéro, les desserts et pâtisseries industrielles, les margarines etc…

Les acides gras trans

Chips et acides gras trans

Les acides gras trans sont des sous-produits de l’hydrogénation.

Bien qu’ils puissent supporter la chaleur, ils sont comparables aux graisses animales en terme de saturation et d’effets négatifs sur la santé.

Les quantités de gras trans dans les aliments contenant des graisses hydrogénées ou partiellement hydrogénées varient d’un produit à l’autre.

Je vous invite donc à ajuster vos lunettes au besoin pour identifier la teneur (oui celle en tout petit petit…!) en acides gras trans (AGT) de tout produit industriel que vous seriez tentée d’acheter (par manque de temps, d’envie de cuisiner ou par goût ou addiction à tous les exhausteurs qu’ils contiennent et qui vous rendent accro malgré vous!).

Pour vous convaincre de remettre le produit incriminé sur l’étagère du supermarché, voici quelques-uns des effets nocifs des AGT sur votre santé:

  • Ils peuvent augmenter le mauvais cholestérol (LDL) et diminuer le bon (HDL)
  • Ils sont liés à un risque de cancer accru, au vieillissement de la peau et à une baisse de l’immunité
  • Ils sont susceptibles d’augmenter le risque de diabète, de maladies cardiovasculaires ou d’AVC (accident vasculaire cérébral): selon une étude parue dans le American Journal of Public Health, les AGT seraient liés à 30 000 décès par maladies cardiovasculaires par an!
  • Ils affectent votre capacité à métaboliser les AGE qui sont absolument essentiels à votre santé et votre fertilité
  • Concernant la fertilité justement:
    • une étude de la Harvard School of Public Health a récemment mis en évidence la corrélation positive entre consommation d’acides gras trans et occurrence de problèmes de fertilité chez la femme. En effet, ingérer des AGT augmente l’inflammation et affecte la sensibilité à l’insuline et le métabolisme du glucose qui sont des problèmes communs aux femmes en surpoids et/ou atteintes du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK). Si vous souffrez du SOPK, je vous encourage vivement à éliminer les AGT de votre alimentation comme ils ont tendance à en nettement aggraver les symptômes.
    • Une étude publiée en 2007 dans le American Journal of Clinical Nutrition a révélé que les acides gras trans pouvaient même bloquer l’ovulation…! Les femmes qui consomment davantage d’AGT que d’acides gras mono-insaturés ou poly-insaturés multiplient par 2 leur risque de rencontrer un problème d’infertilité lié à l’ovulation.
    • Les AGT ont également été incriminés dans la diminution du nombre de spermatozoïdes lors de tests sur des animaux et de recherches préliminaires chez l’homme.
    • Les acides gras végétaux offrent de bien meilleurs intérêts pour votre fertilité!

Alors remplissez vos assiettes d’avocat, d’huile d’olive ou de coco, de graines (chia, lin, chanvre, tournesol, courge, sésame…), d’oléagineux (amandes, noix, noisettes, noix de cajou, macadamia, du Brésil…), de légumes à feuilles vertes et d’algues!

Les graisses rances

Graines et huile de lin - Attention à l'oxydation

Qu’en est-il des graisses rances? Peut-être que vous ne connaissiez même pas leur existence avant de lire cet article?

En effet, tous les oléagineux ne sont pas toujours aussi sains qu’on voudrait bien nous le faire croire!

Autant j’adore personnellement toutes les noix crues et leurs beurres (hum le beurre de noisette 😋), autant je sais qu’il faut être très précautionneux(se) avec elles car leurs acides gras sont très sensibles au rancissement sous l’effet de la chaleur et de l’oxydation.

Or les graisses rances (ou rancies) sont très difficiles à digérer et génèrent un stress hépatique notamment chez les personnes qui ont des problèmes digestifs.

Consommer des graisses rances peut également augmenter la production de radicaux-libres et donc potentiellement porter atteinte à la santé de vos gamètes (ovules et spermatozoïdes).

C’est pourquoi il est essentiel de vous assurer que les oléagineux que vous consommez (bruts ou sous forme de purée, lait, huile…) sont le plus frais possible lorsque vous commencez à vous intéresser à votre fertilité.

Attention aux cerneaux de noix qui rancissent vite (mieux vaut privilégier les noix entières et les conserver au frais et à l’abri de la lumière), aux graines de lin moulues qui doivent être stockées au frigo dans un bocal opaque. Pareillement pour toutes les huiles de noix, lin, chanvre, cameline… dont les oméga 3 sont très fragiles.

Oléagineux et bons acides gras

En résumé! 

Le meilleur moyen d’éviter les gras artificiels comme les graisses hydrogénées ou partiellement hydrogénées et les gras trans consiste à revenir à une alimentation la plus brute possible.

Choisissez des aliments entiers, non transformés et le plus frais possible plutôt que de consommer du fast-food ou des plats préparés si vous cherchez à améliorer votre fertilité ou préparer le terrain pour bébé.

Limitez les graisses animales saturées provenant d’élevages non bio. Choisissez plutôt des sources de gras mono- et/ou poly-insaturés provenant de végétaux frais et entiers.

Les graines et fruits oléagineux sont d’excellentes sources d’acides gras essentiels et de protéines mais assurez-vous de les consommer frais et de les stocker correctement (placez-les au frigo voire congelez-les!).

Adopter une alimentation fertiligène avec des fruits frais et des légumes, des protéines animales de grande qualité, des grains entiers et des acides gras essentiels améliore de fait les apports nutritionnels et donc votre santé et votre fertilité tout en diminuant votre exposition aux gras artificiels et aux aliments qui peuvent nuire à votre système reproducteur notamment.

J’espère vous avoir convaincue de commencer à décrypter les étiquettes et de troquer la nourriture industrielle contre une cuisine plus « maison » faite à base de produits bruts, simples mais bons :-).

Laissez un petit commentaire pour partager vos remarques ou vos trucs, j’ai hâte de vous lire!

Laisser un commentaire

*