Mes règles sont-elles « normales »?

Mes règles sont-elles "normales"?
Mes règles sont-elles « normales »?

Participez à ma formation en ligne gratuite

Les 5 clés essentielles pour booster votre fertilité

Régulièrement, vous pouvez assister à mon atelier en ligne 100% gratuit « Les 5 clés essentielles pour booster votre fertilité ». Rejoignez nous !

On les appelle les règles, les menstruations (mot un peu barbare non?), les reds, les rrrrrr (ça c’est sûr que souvent elles nous font rrrr 😄), les Anglais et autres surnoms tous plus mignons les uns que les autres (d’ailleurs si vous en connaissez d’autres, n’hésitez pas à les poster en commentaires pour l’anecdote 😉).

Mais que sait-on vraiment d’elles?

Quel est notre degré d’intimité avec ses compagnes mensuelles qui nous enquiquinent plus ou moins?

Si votre éducation concernant votre cycle menstruel ressemble à celle que j’ai reçue en entrant dans la puberté (désolée Maman…!), vous avez probablement eu peu de détails sur ce que devaient être des règles « normales ».

Et puisque votre expérience constitue généralement votre référence , il vous est alors aisé de supposer que vos règles sont normales et que tous les femmes doivent plus ou moins les vivre de la même manière que vous.

Si c’est votre cas, vous n’êtes pas seule!

Ce phénomène a été récemment observé lors d’études scientifiques qui révèlent que de nombreuses femmes expérimentant des régles abondantes rapportent que leurs pertes sont légères… et inversement!!

En fin de compte, votre opinion sur ce que sont des règles légères ou abondantes est hautement subjective parce qu’essentiellement basée sur votre propre expérience.

Alors, qu’est-ce qu’on peut qualifier de règles « normales »?

Et où vous situez-vous sur l’échelle de cette normalité?

C’est ce que nous allons voir dans cet article afin que vous puissiez vous-même vous positionner et détecter un éventuel dysfonctionnement à régler pour votre bien-être et votre fertilité.

Caractéristiques générales des menstruations

Des règles normales durent entre 3 et 6 jours.

Les saignements sont d’abord modérés ou abondants puis diminuent graduellement et suivent un modèle de crescendo/decrescendo typique.

Vous pouvez vous attendre à ce que 90% de vos pertes sanguines surviennent dans les 3 premiers jours, le 2e jour étant le jour où les saignements sont les plus abondants.

De quelle couleur est-ce que « ça » doit être? Eh bien, les pertes peuvent revêtir diverses nuances de rouges: rouge léger, lie de vin, bourgogne (rouge marron) ou plutôt couleur jus de betterave.

Lors de vos jours de pertes les plus légères, vous pouvez avoir des saignements plutôt rosés ou bruns (le sang brun témoignant d’une stagnation du sang dans l’utérus où les globules rouges ont commencé à se décomposer).

Maintenant, pour LA grande question: quelle quantité de sang suis-je supposée évacuer?

Elle est en fait variable d’une femme à l’autre. Néanmoins, malgré la prise en compte de différences individuelles, une gamme de volume de pertes normal a pu être identifiée.

Bien que la « normalité » du volume diffère d’une étude à une autre, il a été estimé qu’il devait être compris entre 25-80 mL de sang du tout premier jour au dernier de vos règles (du simple à plus du triple néanmoins, il y en a qui décidément sont plus chanceuses que d’autres, dirait-on 😄).

Le volume moyen est compris en réalité entre 35 et 50 mL (2-3 coupes menstruelles pleines) et la limite haute de 80 mL est utilisée pour définir ce qui est normal parce que les femmes qui perdent régulièrement plus de 80 mL de sang pendant leurs règles ont une plus forte probabilité de développer un déficit en fer.

Si vous êtes une utilisatrice de coupes menstruelles (à ce propos, n’hésitez pas à venir nous partager votre expérience sur le sujet si vous en êtes satisfaites… ou pas!), la limite basse de 25 mL représente le volume d’une coupe de taille moyenne. C’est ce que vous remplissez en totalité pendant vos règles. Si vous perdez 80 mL, cela correspond à environ 3,5 coupes couvrant toute la durée de vos règles.

Si vous utilisez des serviettes et/ou des tampons, vous pouvez faire un calcul approximatif en fonction du degré d’absorption de votre protection: de 1 mL pour les très extrafines jusqu’à 10 mL pour les super ou les spéciales nuit.

De mon expérience, j’ai découvert qu’il y avait une large variété de quantités de pertes d’une femme à une autre. Certaines perdront nettement moins que 25 mL alors que d’autres saigneront de beaucoup plus que 80 mL.

A ce stade donc il est important de vous mentionner une petite mise en garde: il n’existe pas de « règles parfaites » définissant le volume idéal de pertes que vous devriez avoir!

Ce qui importe réellement, c’est la bonne santé de votre cycle dans son ensemble et comment vos règles s’intègrent dans ce contexte plus large de la compréhension globale du bon déroulement de votre cycle.

Cycle-Menstruel

Pourquoi est-ce que je saigne autant?

Si vous découvrez que vous perdez régulièrement plus de 80 mL pendant vos règles, ne paniquez pas pour autant!

Vos règles ne sont pas nécessairement anormales mais il y a quelques éléments que vous devriez considérer néanmoins.

Comme par exemple, savoir si vous avez déjà été contrôlée pour:

  • un (des) éventuels fibromes?
  • une endométriose?
  • une adénomyose?
  • des polypes utérins?

Il y a de nombreuses origines possibles à des ménorragies (saignements abondants pendant les règles).

Si vous devez changer de protection toutes les heures (ou vider votre coupe toutes les 2h) les 2 premiers jours de vos règles, alors il serait judicieux de demander une échographie (endo-vaginale et abdominale) à votre gynécologue afin d’obtenir un état de santé globale de votre organe reproducteurs (utérus, ovaires, trompes, col de l’utérus, vagin).

L’endométriose quant à elle n’est pas facile à diagnostiquée à moins de subir une laparoscopie (examen permettant de visualiser la cavité abdominale à l’aide d’un laparoscope ou coelioscope).

Néanmoins, passer une échographie est déjà une première étape importante pour éliminer toute autre source possible de saignement abondant.

Il serait également intéressant de faire vérifier votre taux de fer (en mesurant la ferritine notamment). Si vous perdez trop abondamment, vous pourriez en effet assez rapidement développé une anémie ferriprive. Mais la réciproque est également vraie, c’est-à-dire qu’une carence en fer peut également être la cause de saignements abondants. C’est donc un point important à faire analyser.

Si vous découvrez que votre taux de fer est bas et que vous vous supplémentez pour palier ce déficit, vous expérimenterez probablement une diminution de votre flux menstruel.

Coupes menstruelles

Et si mes règles sont plus faibles que la normale?

Si vos pertes menstruelles sont de manière constante inférieures à 25 mL, il serait bon de considérer différents aspects de votre cycle pour savoir s’il se déroule correctement ou non.

En effet, vous n’avez de vrais saignements que si vous ovulez. Vos règles ne sont que le reflet du développement correct de votre muqueuse utérine pendant votre cycle en réponse aux taux d’oestrogènes et de progestérone.

Il y a 2 stades importants dans le développement de votre muqueuse utérine:

  1. Prolifération de l’endomètre à l’approche de l’ovulation (jusqu’à 8-10 mm d’épaisseur)
  2. Maturation de l’endomètre après l’ovulation (jusqu’à 12-14 mm d’épaisseur)

Pour que votre muqueuse utérine se développe, prolifère et mature (ou mûrisse) correctement, il faut que vos taux d’oestrogènes et de progestérone soient donc adéquats tout au long de votre cycle.

Si vous ne produisez pas suffisamment d’hormones, comme par exemple si vos taux de progestérone sont trop bas, alors votre muqueuse utérine ne pourra pas se développer correctement et devenir suffisamment mature pour pouvoir accueillir l’implantation d’un ovule fécondé et vous ne pourrez donc pas tomber enceinte.

Endometre-cycle

Quel est le rapport avec ma santé?

Je pense que vous l’aurez donc compris: si le volume total de vos pertes sanguines pendant vos règles est vraiment trop faible, ce n’est que le reflet de vos taux d’hormones et donc du développement et de la maturation de votre muqueuse utérine.

Une étude récente intéressante s’est penchée sur la relation qu’il existait entre le taux de grossesse et l’épaisseur de l’endomètre et a mis en évidence une corrélation entre une épaisseur minimale de muqueuse utérine et la survenue d’une grossesse. Chez les participants, il a été trouvé qu’une muqueuse utérine d’une épaisseur inférieure à 7 mm ne leur avait pas permis de concevoir un bébé.

Ainsi, trop peu de saignements peu avoir autant de conséquences fâcheuses sur votre fertilité que des règles de type hémorragiques.

C’est donc un élément non négligeable à prendre en compte si vous rencontrez des difficultés pour concevoir.

Je reste bien entendu à votre écoute si vous pensez avoir besoin de vous faire accompagner dans la mise en place d’alternatives naturelles pour retrouver des règles plus « normales ».

Règles et grossesse

Maintenant, c’est à votre tour de nous faire part de votre expérience 😉

Où pensez-vous vous situer? Vos règles sont-elles trop abondantes ou au contraire trop légères? Ou pensez-vous être plutôt entre les 2? Est-ce que vos règles se sont modifiées après l’arrêt d’une contraception hormonale (pilule, implant ou stérilet hormonal)? Après un accouchement?

Crédits photos:

  • Photo 1: By Frank Krueger – www.meluna.eu, CC BY 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=9982392

  •  Photo 2: By MenstrualCycle.png: Chris 73 | Talk derivative work: Clouloune (MenstrualCycle.png) [CC BY-SA 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0) or GFDL 1.3 (www.gnu.org/licenses/fdl-1.3.html)], via Wikimedia Commons

  • Photo 3: By CFCF (Own work) [CC BY-SA 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons

Comments · 6

  1. Bonjour Estelle,
    Merçi pour la réponse rapide et explicite. En effet, ça évolué avec les années. Je vais donc voir du côté des massages fertiles et changer aussi mon alimentation. Merçi beaucoup

  2. Merçi beaucoup Estelle pour les réponses si détaillées à ma question. C est depuis que j ai arrêté de prendre les pilules que mes règles sont très peu abondantes et foncées, peut être la pilule est la cause? Ou possible aussi que ce soit un problème circulatoire, je vais voir aussi du côté des massages. Les analyses médicales n ont pas signalé un problème d hormones

    1. Si c’est survenu après l’arrêt de la pilule et que vos règles sont très foncées, il se peut que ce soit un déséquilibre hormonal que les dosages sanguins n’ont pas mis en évidence (peut-être parce que les tests n’étaient pas complets d’ailleurs…?)…

  3. Bonjour Estelle,
    Merçi beaucoup pour toutes les informations que tu prends la peine de nous apporter. J’ai découvert ce site il y a quelques jours seulement et j’ai déjà appris beaucoup.
    Moi j’ai des règles très peu abondantes. Que faire dans ce cas? Merçi d avance

    1. Bonjour Mireille,
      Merci pour cet adorable message 🙂
      Avoir des règles très peu abondantes peut signifier plusieurs choses:
      – si c’est le cas depuis la puberté, il est fort probable que ce soit de nature 😉
      – si ça a évolué dans ce sens avec les années, alors il se peut qu’il s’agisse d’un problème circulatoire, un déséquilibre hormonal (à faire tester) ou encore des (micro)-carences nutritionnelles.

      Si les règles sont très peu abondantes sur 3-4 jours (en quantité et en « couleur », c’est-à-dire qu’elles sont très pâles), dans ce cas il est bien de:
      – soutenir la circulation sanguine locale: voir notamment un ostéopathe pour vérifier la circulation dans l’appareil reproducteur, faire des massages fertiles, consulter un réflexologue ou encore un acupuncteur
      – soutenir la fabrication des cellules sanguines (la phycocyanine aide, l’angélique chinoise y contribue aussi)
      – avoir une alimentation fertiligène (lire cet article pour en connaître les bases), apportant en particulier du fer et des protéines de bonne qualité.

      En espérant vous avoir apporté des débuts de réponse 😉

Laisser un commentaire

*