11 astuces faciles pour un nettoyage fertile

Cultiver sa fertilité
Cultiver sa fertilité

Participez à ma formation en ligne gratuite

Les 5 clés essentielles pour booster votre fertilité

Régulièrement, vous pouvez assister à mon atelier en ligne 100% gratuit « Les 5 clés essentielles pour booster votre fertilité ». Rejoignez-nous sans tarder ! Votre fertilité n’attend pas 😉

Si vous êtes une fidèle du blog, vous savez désormais à quel point il est indispensable de réviser votre alimentation pour vous préparer à une grossesse et donner un coup de pouce/boost à votre fertilité.

C’est notamment l’un des changements les plus puissants que vous puissiez mettre en oeuvre, facilement et gratuitement.

D’ailleurs, de nombreuses études scientifiques attestent à quel point certaines modifications de l’hygiène alimentaire peuvent nettement améliorer la fertilité (1)(2).

Si vous avez du mal à y croire, essayez! Vous n’avez rien à perdre et tout à gagner: non seulement vous allez stimuler votre fertilité mais également vous détoxifier avant bébé (et ainsi limiter le transfert de toxines que vous avez lentement accumulées pendant toutes ces années) et gagner en santé et en vitalité!

Pour vous aider dans la mise en oeuvre de ce grand nettoyage fertile, j’ai listé spécialement pour vous 11 astuces faciles à appliquer et à intégrer dans votre quotidien. Prête à amorcer le changement pour faciliter la venue de bébé? C’est parti!

Astuce #1: Mangez une grosse salade par jour

Une grosse salade par jour!

Le midi ou le soir, à votre convenance. Mais ne la négligez pas! Même si vous mangez un plat de pâtes ou un morceau de pizza maison à côté. Au contraire même! Pourquoi? Parce que les fibres des légumes crus favorisent l’élimination des oestrogènes (ceux que nous produisons ou les perturbateurs endocriniens de l’environnement appelés xenoestrogènes) en excès et contribuent ainsi à restaurer un meilleur équilibre hormonal. Les vitamines, les minéraux et les enzymes contenus dans les légumes crus participent également directement et indirectement à notre fertilité en soutenant notamment la synthèse hormonale et les échanges endocriniens.

Au menu:

  • des légumes à feuilles vertes: toutes les salades pour leur richesse en folates (mais également en oméga 3 comme la mâche et le pourpier), pousses d’épinards…
  • des choux: blanc, rouge, vert, kale, frisé, chinois, brocoli, chou-fleur… pour leur capacité à drainer les excès d’oestrogènes, leur richesse en vitamine C et en calcium notamment
  • du radis noir et de la betterave pour soutenir le travail du foie
  • des carottes, des tomates, des poivrons (en saison) pour leurs teneurs en anti-oxydants qui luttent contre le stress oxydatif qui endommage nos cellules
  • des graines germées pour leur richesse nutritionnelle exceptionnelle
  • des graines oléagineuses (courge, chanvre, tournesol, sésame, pavot, chia…) et des avocats pour leur richesse en acides gras essentiels et en minéraux
  • des huiles vierges bio de première pression à froid (olive, colza, noix, lin, cameline, chanvre, avocat…): le gras est indispensable au fonctionnement de notre organisme et notamment de notre système hormonal!

Faites-vous plaisir! Et prenez du plaisir à dégustez votre salade. Plus vous allez manger de crudités et plus votre corps va vous en réclamer parce qu’il sait à quel point c’est bon pour lui.

Bien entendu, en cas de colopathie fonctionnelle allez-y progressivement pour ne pas irriter vos intestins.

Astuce # 2: dégustez un smoothie fertile plusieurs fois par semaine

Smoothie fertile

Vous pouvez remplacer un petit-déjeuner ou un goûter par un smoothie fertile aussi souvent que cela vous fait envie.

C’est délicieux et hautement nutritif! Et une excellente manière d’ajouter des super-aliments à votre alimentation quotidienne 😉

Par exemple, vous pouvez mixer ensemble:

  • 250ml de fruits frais: poire, ananas, mangue, myrtilles, fraises, framboises (attention aux saisons!)
  • 1/2 banane congelée (pour apporter une texture crémeuse)
  • 1 cuillère à soupe de protéines de chanvre (facultatif mais un apport de bonnes protéines contribue à une meilleure fertilité)
  • 1 cuillère à soupe de purée d’amande, de noix de cajou, de noisette ou de cacahuète (sans sucre ajouté, en magasin bio) pour les acides gras, les fibres et les minéraux
  • 1 cuillère à café d’huile de lin (pour les oméga 3)
  • 1 cuillère à café de maca (poudre de rhizome qui participe à améliorer la fertilité, en magasin bio ou sur internet)
  • 1 cuillère à café de mélange d’herbes et d’algues (comme GreenMix par exemple qui contient de la spiruline, de la chlorella, de l’herbe d’orge et de l’herbe de blé) nourrissantes et détoxifiantes
  • 1 cuillère à café de pollen frais (ou congelé mais pas sec car alors il n’a quasiment plus aucune valeur nutritionnelle) bourré de bons nutriments

Ajoutez un peu d’eau si c’est trop épais. Et variez les fruits, les gras et les super-aliments autant que possible.

Les autres astuces essentielles pour votre fertilité sont réservées aux lumineuses abonnées Maman-Nature.
Inscrivez-vous vite, c’est gratuit et c’est par ici: ……

Astuce #3: Mangez des légumes BIO au déjeuner ET au dîner

Mangez des légumes!

Les végétaux issus de l’agriculture conventionnelle contiennent des pesticides et des herbicides qui sont nuisibles à la santé et qui affectent négativement à la fois la fertilité masculine et féminine (3)(4). D’où l’intérêt notable de manger bio autant que possible.

Les fibres des légumes, quant à elles, captent les hormones en excès et favorisent leur élimination en stimulant le transit. Elles contribuent également à une meilleure régulation de la glycémie (5).

Mais les légumes contiennent également des minéraux, des vitamines, des anti-oxydants,des enzymes et tout un tas de substances végétales secondaires bénéfiques à la santé et à la fertilité.

Une assiette bien pensée doit contenir entre 50-60% de légumes, crus et cuits…!

 

 

[cspasswordcode password=’MN-AbonneeVIP’]

Astuce #4: Pas de produits laitiers s’ils ne sont pas bio et entiers!

Produits laitiers BIO!

Les produits laitiers (lait, crème, beurre, fromages) issus des élevages conventionnels renferment une quantité d’hormones de synthèse et d’antibiotiques qui peuvent participer à l’augmentation des taux d’oestrogènes dans le corps (6).

Si vous devez en consommer, faites-le en petite quantité parce qu’ils ont tendance à entraîner une congestion et un encrassement et uniquement de qualité: bio et entiers. Pourquoi entier? Parce que le gras contribue à la formation de nos hormones et facilite les échanges cellulaires! Pas de 0% et de produits allégés au pays de la fertilité, donc!

Préférez également les produits bio à base de lait de chèvre ou de brebis. Le lait de vache contient naturellement des quantité d’hormones destinées à faire grossir un veau de 300kg en une année. Autant dire que c’est un peu trop pour nous! Les chèvres et les brebis étant de plus petits animaux, les quantités d’hormones naturelles sont donc moins conséquentes.

Astuce #5: Buvez un jus de légumes frais par jour

Jus de légumes

Si vous avez la chance d’avoir un extracteur de jus, alors ne vous privez surtout pas de cet apport facile d’une grande quantité de vitamines et de minéraux en un seul verre! Vous pouvez y ajouter une petite quantité de fruits pour le goût et les bénéfices nutritionnels complémentaires mais n’en abusez pas considérant la quantité de sucre qu’ils contiennent naturellement.

Astuce #6: Consommez de grandes quantités de fibres

Mangez des fibres!

La répétition ne fait jamais de mal, au contraire! Alors au cas où vous auriez sauté les 5 astuces précédentes, sachez que les fibres permettent de se débarrasser des oestrogènes en excès qui perturbent votre équilibre hormonal.

Le brocoli est votre meilleur allié en ce sens, mais tous les légumes à feuilles vertes, les choux, les légumes racines (carottes, radis, panais…), les courges, les oléagineux, les champignons, les algues et les fruits contiennent également de belles proportions de fibres.

Les fibres permettent également d’assainir les intestins et de nourrir votre flore intestinale.

Astuce #7: Pensez aux protéines végétales

Mangez des légumineuses!

Les protéines animales sont hautement acidifiantes ce qui a tendance à fragiliser notre équilibre acido-basique. En outre, il est largement recommandé de les consommer bio pour les mêmes raisons évoquées plus hauts concernant les produits laitiers (7).

Comme c’est un budget non négligeable, pour ne pas dépenser de trop, une solution simple existe: pensez à troquer les protéines animales contre des protéines végétales! Elles sont peu chères, rassasiantes et… riches en fibres (encore celles-là?! décidément!).

Parmi elles, on pensera à toutes les légumineuses (lentilles, pois chiches, pois cassés, haricots divers…) et aux produits du soja (lactofermentés de préférence pour faciliter leur digestion et leur assimilation). On les consommera préférentiellement le soir.

Astuce #8: Buvez beaucoup d’eau

Buvez beaucoup d'eau!

Boire de l’eau contribue nettement au grand nettoyage en drainant les toxines via les reins! Alors ne le négligez surtout pas: tisanes, thé vert/rouge, chicorée mais également une quantité non négligeable d’eau pure à raison d’1L à 1,5L en plus de vos autres apports en boissons et de l’eau contenue dans les aliments.

Astuce #9: Mastiquez!

Mastiquez!

La mastication est fon-da-men-tale! Il s’agit de la première étape de la digestion qui est trop souvent négligée (8).

Ne pas mâcher suffisamment ses aliments demandent un effort digestif par l’estomac et les intestins plus conséquent (d’où une fatigue générée par la digestion et une énergie qui n’est pas utilisée pour la détoxification ou la régénération cellulaire) et entraîne une moins bonne assimilation du bol alimentaire.

En médecine traditionnelle chinoise, il est recommandé de mâcher chaque bouchée 37 fois…!
En naturopathie, on préconise de mâcher jusqu’à ce que les aliments soient devenus liquides en bouche… Certains même recommande de mâcher les aliments liquides pour préparer leur digestion!


Quoi qu’il en soit, veillez à ne jamais « avaler tout rond » et à mastiquer aussi longtemps que possible. Mâcher chaque bouchée comme si c’était la première après un long jeûne!

Bénéfice collatéral? La satiété arrivera ainsi plus rapidement!

Astuce #10: Respirez avant de débuter chaque repas

Respirez!

Afin de préparer la digestion et de favoriser tout le processus digestif, il peut être tout à fait profitable de se poser quelques instants avant de débuter chaque repas et de faire quelques cycles de respirations complètes: on inspire en gonflant le ventre puis en remplissant les poumons et on expire en abaissant le ventre puis en vidant les poumons.

Cette pratique a pour but de favoriser le système nerveux parasympathique (celui de la détente et non de l’action, a contrario de l’orthosympathique) qui est celui qui doit être sollicité lorsque l’on mange. Si vous mangez stressée, les bénéfices retirés de votre repas seront moindres. Pensez-y!

Astuce #11: Mangez en conscience

Mangez au calme et en conscience

Cette astuce va de paire avec la précédente. Pendant ce grand nettoyage, prenez le temps de manger vos repas dans un environnement calme et sans perturbation extérieure (ni télé, ni écran) afin d’apprécier la texture et le goût de vos aliments.

Posez également une intention, celle de vous faire du bien à chaque bouchée.

Soyez consciente de la provenance de ce que vous avez la chance d’avoir dans votre assiette, depuis l’endroit où ça a poussé, l’agriculteur qui l’a récolté, et le long trajet qu’il a fallu pour que ça vienne jusqu’à vous.

Soyez reconnaissante de pouvoir avoir accès à une telle qualité de nourriture. Ca peut paraître anodin mais si c’est vraiment fait en conscience, je peux vous assurer que vous décuplez les bénéfices que vous pouvez retirer de chacun de vos bons repas.

[/cspasswordcode]

J’espère que ces quelques astuces vous seront profitables et qu’elles vont vous encourager dans la voie du changement alimentaire salutaire à votre santé et votre fertilité!

Hippocrate, père de la médecine, disait fort à propos: « Que ton aliment soit ton premier médicament! ». J’ajouterai de ne pas oublier que nous sommes faits de ce que nous mangeons. Donc si nous mangeons des choses disons « pas terribles », pas étonnant que, consécutivement, notre organisme en pâtisse et ne fonctionne pas de manière optimale.

Et vous, quelle opinion avez-vous sur la question? Quels changements avez-vous mis en place avec quels bénéfices? J’attends vos commentaires avec impatience!

  1. Gaskins AJ, Chavarro JE. Diet and fertility: a review. Am J Obstet Gynecol. 2017 Aug 24. pii: S0002-9378(17)30945-6.
  2. Chavarro JE, Rich-Edwards JW, Rosner BA, Willett WC. Diet and lifestyle in the prevention of ovulatory disorder infertility. Obstet Gynecol. 2007 Nov;110(5):1050-8.
  3. Roeleveld N, Bretveld R. The impact of pesticides on male fertility. Curr Opin Obstet Gynecol. 2008 Jun;20(3):229-33.
  4. Bretveld RW, Thomas CM, Scheepers PT, Zielhuis GA, Roeleveld N. Pesticide exposure: the hormonal function of the female reproductive system disrupted? Reproductive Biology and Endocrinology. 2006;4:30.
  5. Gaskins AJ, Mumford SL, Zhang C, et al. Effect of daily fiber intake on reproductive function: the BioCycle Study. The American Journal of Clinical Nutrition. 2009;90(4):1061-1069.
  6. Malekinejad H, Rezabakhsh A. Hormones in Dairy Foods and Their Impact on Public Health. A Narrative Review Article. Iranian Journal of Public Health. 2015;44(6):742-758.
  7. Jeong S-H, Kang D, Lim M-W, Kang CS, Sung HJ. Risk Assessment of Growth Hormones and Antimicrobial Residues in Meat. Toxicological Research. 2010;26(4):301-313.
  8. Slim R, Honein K, Yaghi C, Chemaly M, Kheir B, Sayegh R. Chewing is an important first step in digestion. Gut. 2006; 55(3):379.

Laisser un commentaire

*