Quel multivitamine pour optimiser ma fertilité? (et soutenir ma grossesse)

Participez à ma formation en ligne gratuite

Les 5 clés essentielles pour booster votre fertilité

Régulièrement, vous pouvez assister à mon atelier en ligne 100% gratuit « Les 5 clés essentielles pour booster votre fertilité ». Rejoignez nous !

Ah, le multivitamine préconceptionnel!

Avec l’acide folique, il est souvent recommandé par les gynécologues et autres spécialistes médicaux de la fertilité. Histoire de donner un coup de pouce, si besoin est. Et de combler certains déficits / carences qui pourraient nuire à votre fécondité et/ou au bon développement de bébé.

Certains labos proposent même des compléments spécifiques spécialement conçu pour stimuler la fertilité.

Si l’intention est louable, malheureusement ceux qui sont actuellement sur le marché ne sont pas toujours de la meilleure qualité (vitamines de synthèse)… et donc efficacité.

C’est pourquoi, j’ai tendance à recommander le plus souvent d’opter pour un bon complément de grossesse quand on cherche à tomber enceinte.

Tout simplement parce que s’il contient le spectre des vitamines nécessaires pour la poursuite d’une belle grossesse, a fortiori il est également utile pour vous aider à tomber enceinte et à commencer une grossesse en étant physiologiquement mieux préparée.

Il y a même des études de belle ampleur qui viennent désormais prouver que l’emploi d’un multivitamine

peut impacter positivement la fertilité (1)(2).

Bien entendu, il s’agit d’un coup de pouce en plus car RIEN ne remplace une bonne alimentation fertiligène.

C’est d’ailleurs pour ça que je ne conseille jamais de prime abord de multivitamine.

On rééquilibre en premier lieu l’alimentation et on ajoute certains complément spécifiques ciblés.

Le multivitamine ne vient que plus tard quand l’alimentation est déjà bien en place.

Parce que l’alimentation primera toujours sur un complément de multivitamine et qu’il faut d’abord placer l’accent là-dessus plutôt que de mettre trop d’espoir dans une gélule.

Néanmoins, à un certain stade, un bon multivitamine reste intéressant pour aller combler certains (micro)déficits.

En quoi la nutrition est-elle si importante pour la fertilité et la grossesse?

Bebe_grossesse_alimentation

L’alimentation joue un rôle capital dans notre potentiel fertile et la survenue et le maintien d’une grossesse.

Si des nutriments viennent à manquer, alors peut s’ensuivre des troubles de l’ovulation, des déséquilibres hormonaux, des gamètes (ovocytes ET spermatozoïdes) de mauvaise qualité, une faible numération spermatique etc.

Vous connaissez sûrement l’adage « Nous sommes ce que nous mangeons ».  Donc si nous mangeons « pauvrement » notre santé (et donc, par extension) notre fertilité s’en trouvent logiquement impactées. Et inversement!

Ce sont les cellules de notre corps qui produisent les hormones et les enzymes dont nous avons besoin. Or elles ont besoin des nutriments apportés par notre alimentation pour fonctionner de manière adéquate. Mais si l’alimentation n’est pas de qualité et/ou la digestion/l’assimilation ne se font pas correctement, votre fertilité peut s’en trouver indirectement impactée.

Vous connaissez sûrement l’impact des folates sur la fertilité et le développement de l’embryon.
Mais ce n’est pas le seul nutriment à être important! Un manque de fer et c’est l’ovulation qui est touchée. Un manque de vitamine C et c’est la phase lutéale qui déraille. Un manque de sélénium et de vitamine B6 et la sécrétion de progestérone dégringole. Un manque de zinc et ce sont les gamètes (ovocytes et spermatozoïdes) qui trinquent.


Vous l’aurez compris, l’alimentation joue un rôle capital dans notre santé, notre fertilité et la survenue/le bon déroulement d’une grossesse.

C’est pourquoi, en parallèle d’un rééquilibrage alimentaire, prendre un BON multivitamine (cf. plus bas) peut vous aider à venir combler les déficits que vous pourriez avoir accumulés au cours du temps.

Faites le test!

Test

Si vous ne savez pas si vous avez besoin d’une complémentation généraliste sous forme de multivitamines, répondez aux questions suivantes

  • Est-ce que vous sautez un ou plusieurs repas par jour (et que les autres repas ne sont pas suffisamment équilibrés en apports nutritionnels)?
  • Est-ce que vous présentez une allergie et/ou une intolérance alimentaire?
  • Est-ce que vous avez des cernes foncés sous les yeux?
  • Subissez-vous beaucoup de stress (au travail, à la maison, avec la famille…)?
  • Mangez-vous beaucoup de produits transformés?
  • Consommez-vous au minimum 2 portions de fruits par jour?
  • Consommez-vous au minimum 4 portions de légumes (dont 1 de légumes à feuilles vertes) par jour?
  • Etes-vous souvent malade?
  • Dormez-vous suffisamment?
  • Pendant vos règles, présentez-vous des crampes, des caillots, du sang particulièrement foncé?

Si vous répondez oui à une ou plusieurs de ces questions, il est sûrement temps de songer à un petit coup de pouce.

Quels sont les nutriments particulièrement importants pour la fertilité?

Nutriments

On l’a évoqué en substance plus haut, mais je vous détaille un peu plus ci-dessous les principaux nutriments essentiels pour vous préparer à concevoir.

  • Les vitamines B et en particulier:
  • > La vitamine B6: elle régule les hormones et la glycémie, réduit le symptôme prémenstruel et les nausées de la grossesse (souvent associées à un manque de B6, entre autres). Elle est également utile quand la phase lutéale est défectueuse.
  • > La vitamine B9: le fameux « acide folique » de synthèse mais c’est sous formes de folates que notre alimentation nous l’apporte. C’est LA vitamine la plus recommandée pour éviter  certaines malformations chez l’embryon (notamment le spina bifida et le bec de lièvre). Son stock doit être correct en amont de la grossesse car tout déficit dans les premiers stades de développement de l’embryon peut entraîner une fausse-couche ou des malformations. Pas assez de B9 et on court également le risque d’un accouchement prématuré, d’un retard de croissance et d’un faible poids de naissance pour bébé et, par augmentation du taux d’homocystéine, d’un avortement spontané, d’un décollement du placenta ou encore d’une pré-éclampsie.
  • > La vitamine B12: elle améliore la qualité et la quantité de spermatozoïdes. Elle stimulerait aussi la croissance de l’endomètre pendant l’implantation, diminuant ainsi les risques de fausses-couches. Certaines études ont également montré qu’un déficit en vitamine B12 pourrait augmenter les risques d’ovulation irrégulière et/ou de mauvaise qualité ovocytaire et, en cas de carence sévère, même stopper complètement l’ovulation ou encore entraîner des fausses-couches précoces (3).
  • La vitamine C: elle améliore les taux d’hormones et augmente la fertilité chez les femmes qui présentent un défaut de phase lutéale (4). Chez les hommes, elle augmente la quantité, la qualité et la motilité des spermatozoïdes et protège leur ADN grâce à son pouvoir anti-oxydant, ce qui permet de diminuer les risques de fausses-couches et les problèmes chromosomiques (5).
  • La vitamine E:  des études ont montré que la vitamine E améliorait la qualité et la motilité des spermatozoïdes chez les hommes (7). C’est un anti-oxydant capital pour protéger l’intégrité de l’ADN des spermatozoïdes et des ovocytes.
  • Le fer: une étude mis en évidence que les femmes qui manquaient de fer pouvaient souffrir d’anovulation (absence d’ovulation) et potentiellement d’une faible qualité ovocytaire. Ce qui pourrait inhiber une grossesse à hauteur de 60% comparativement à des femmes qui montrent un bon taux de fer (8). Néanmoins, le fer étant pro-oxydant (donc entraînant une « rouille » cellulaire néfaste) quand on n’en manque pas, on évite de se supplémenter en fer sans avoir au préalable effectuer un dosage sanguin de la ferritine (et idéalement aussi de la transferrine).
  • L’iode: elle est indispensable à l’activité thyroïdienne et, de ce fait, à l’ensemble de l’équilibre endocrinien. De même que le fer, comme elle peut être délétère en excès, on fait attention de ne pas surmultiplier les compléments en contenant (c’est arrivé récemment à l’une de mes patientes qui a explosé le plafond haut des normes de l’iode parce qu’elle prenait, de sa propre initiative, trop de compléments alimentaires qui en renfermaient) et on effectue au préalable un dosage de l’iode dans les urines (iodurie sur 24h) plus sensible que le dosage sanguin. Lire cet article dédié à l’iode.
  • Le sélénium: il s’agit d’un anti-oxydant de premier ordre, véritable bouclier contre les radicaux libres qui aide à protéger, entre autres, les gamètes (ovocytes et spermatozoïdes). En effet, les radicaux libres peuvent porter atteinte au matériel génétique et ainsi être responsable de fausses-couches ou de malformations congénitales. Le sélénium est également indispensable dans la spermatogenèse. Des études ont ainsi mis en évidence que les hommes qui présentaient une faible numération de spermatozoïdes montraient également de faibles taux de sélénium (9). Le sélénium augmenterait non seulement le nombre de gamètes mâles mais également leur motilité (capacité à se déplacer) (10).
  • Le zinc: cet oligo-élément est impliqué dans plus de 300 réactions métaboliques indispensables au bon fonctionnement de notre organisme. C’est dire s’il est important! Mais, à notre époque, considérant l’appauvrissement des sols, nous sommes tous plus ou moins en déficit voire en carence de zinc. Or, sans lui, les cellules ne peuvent pas se diviser correctement, l’équilibre oestro-progestatif ne se fait pas comme il devrait et c’est tout votre système reproducteur qui peut être impacté. Une équipe de recherche espagnole a d’ailleurs mis en évidence en 2011 une corrélation entre taux faibles en zinc et fausses-couches dans les premiers stades de la grossesse (11). Une autre étude toute fraîche (juillet 2019) vient également corroborer ce lien, impliquant également le cuivre mais pour lequel nous sommes rarement carencé (et trop de cuivre étant oxydant donc délétère, pas de supplémentation à l’aveugle et on évite même de le rajouter dans les bons multivitamines au même titre que le fer d’ailleurs, c’est dire)(12).

Quel (bon) multivitamine choisir?

Multivitamines

Si vous devez opter pour un multivitamine et y consacrer un certain budget, autant faire les choses comme il faut, non?

Parce que, entre nous soit dit, il y a multivitamine ET multivitamine.

Tous les multivitamines de synthèse ne sont pas recommandables.

Pourquoi?

Parce que les vitamines (chimiques) et les sels de minéraux (de mauvaise biodisponibilité par économie de la part des fabricants) qu’ils contiennent ne sont pas du tout bien assimilés par notre organisme. Pire, ils peuvent littéralement nous encrasser et faire turbiner le foie pour rien (alors qu’un foie que l’on chouchoute est un atout certain pour la fertilité!). Un coup d’épée dans l’eau donc, la plupart du temps, pour un prix pas toujours des plus économiques en plus.

Alors évitez de préférence les multivitamines pas chers ou ceux des grands labos pharmaceutiques. Même si votre gynéco vous en vante les mérites.

Optez pour une formule qui contienne les éléments évoqués plus haut.

Et tournez-vous plutôt vers des labos alternatifs comme Solgar (Prenatal Nutrients), Synergia (Sérénité Grossesse) ou encore Pileje (Feminabiane Conception). Ces 2 derniers ont, en outre, l’avantage de contenir des oméga 3 importants pour la synthèse hormonale et le développement neurologique de bébé. Pour la posologie, suivez les indications des fabricants.

J’aime également le multivitamine généraliste de chez Nutriting (NuVitamins) qui contient un beau spectre de nutriments essentiels et biodisponibles.

Mais il y a encore mieux.

Les multivitamines qui utilisent comme base des extraits concentrés de fruits, légumes et plantes.

Parce que ce sont ces nutriments transformés par le règne végétal et apportés via lui qui nous sont, incontestablement, les plus bénéfiques.

Si votre budget est limité, Source de Vie Maternité (Nature’s Plus) est déjà bien.


Si vos moyens vous le permettent, alors foncez sur l’un des 2 meilleurs compléments de grossesse au monde fabriqué aux USA (ils ont toujours un temps d’avance sur nous, n’est-ce pas :D!): Prenatal de Garden of Life  ou Baby & Me (version originale ou version 2) de Megafood.


Pour ces 2 derniers compléments, suivez la posologie du fabricant indiquée sur la boîte et poursuivez la prise pendant toute la grossesse et les suites de couches/allaitement. Pensez à y adjoindre des oméga 3 (comme Ergy3 de Nutergia par exemple) à arrêter si saignements et le dernier mois de grossesse.


Bien entendu, pour votre moitié, c’est aussi important même si (trop) souvent négligé!

NuVitamins (Nutriting) ou encore mieux l’équivalent homme de Garden Of Life (cf. plus haut les super compléments américains faits à partir d’aliments naturels donc hautement biodisponibles) peuvent faire l’affaire, en première instance quand il n’y a pas de trouble spécifique de fertilité détectée (préparation à la conception ou infertilité inexpliquée) ou en soutien d’un autre traitement plus spécifique (pour la qualité, quantité et mobilité des spermatozoïdes par exemple). Contactez-moi si vous avez besoin de conseils plus précis pour la fertilité masculine.

Voilà un bel éventail de choix possibles!

Piochez ce qui vous interpelle le plus et mettez en place votre routine multivitamines sans attendre 😉

J’adore vous lire alors n’hésitez pas à me faire vos retours en commentaires ou par mail 🙂

  1. Chavarro JE, Rich­ Edwards JW, Rosner BA, Willett W. Use of multivitamins, intake of B vitamins, and risk of ovulatory infertility. Fertility and Sterility:​ Vol. 89, Issue 3, March 2008, pp 668­676.
  2. Wilson RD et al. Pre-conception Folic Acid and Multivitamin Supplementation for the Primary and Secondary Prevention of Neural Tube Defects and Other Folic Acid-Sensitive Congenital Anomalies. J Obstet Gynaecol Can. 2015 Jun;37(6):534-52.
  3. Bennett M. Vitamin B12 deficiency, infertility and recurrent fetal loss. J Reprod Med. 2001 Mar;46(3):209-12.
  4. Henmi H. et al. Effects of ascorbic acid supplementation on serum progesterone levels in patients with a luteal phase defect. Fertility and Sterility. Vol. 80, Issue 2,August 2003, pp 459 – 461
  5. Shabanian, Sheida et al. The effects of Vitamin C on sperm quality parameters in laboratory rats following long-term exposure to cyclophosphamide. Journal of advanced pharmaceutical technology & research. Vol. 8,2 (2017): 73-79.
  6. Lerchbaum E, Obermayer-Pietsch B. Vitamin D and fertility: a systematic review. Eur J Endocrinol. 2012 May;166(5):765-78.
  7. Majzoub A, Agarwal A. Systematic review of antioxidant types and doses in male infertility: Benefits on semen parameters, advanced sperm function, assisted reproduction and live-birth rate. Arab J Urol. 2018 Jan 2;16(1):113-124.
  8. Sathiyanarayanan S. et al. A study on significant biochemical changes in the serum of infertile women. Int. J. Curr. Res. Aca. Rev. 2(2): 96-115.
  9. Bleau G, Lemarbre J, Faucher G, Roberts KD, Chapdelaine A. Semen selenium and human fertility. Fertil Steril. 1984 Dec;42(6):890-4.
  10. Moslemi MK, Tavanbakhsh S. Selenium-vitamin E supplementation in infertile men: effects on semen parameters and pregnancy rate. Int J Gen Med. 2011;4:99–104.
  11. University of Granada. Low zinc and copper levels might cause spontaneous abortion, study suggestsScienceDaily, Sept. 2011.
  12. Thaker R, Oza H, Shaikh I, Kumar S. Correlation of Copper and Zinc in Spontaneous Abortion. Int J Fertil Steril. 2019;13(2):97–101.
  13. https://natural-fertility-info.com/multivitamin
  14. https://drbrighten.com/the-best-prenatal-vitamins-and-when-to-start-taking-them/

Photo à la une: Image par<a href= »https://pixabay.com/fr/users/geralt-9301/?utm_source=link-attribution&amp;utm_medium=referral&amp;utm_campaign=image&amp;utm_content=3498855″>Gerd Altmann</a> de <a href= »https://pixabay.com/fr/?utm_source=link-attribution&amp;utm_medium=referral&amp;utm_campaign=image&amp;utm_content=3498855″>Pixabay</a>

Laisser un commentaire

*