DHEA, qualité ovocytaire et réserve ovarienne

Fertilité et DHEA
Fertilité et DHEA

Participez à ma formation en ligne gratuite

Les 5 clés essentielles pour booster votre fertilité

Régulièrement, vous pouvez assister à mon atelier en ligne 100% gratuit « Les 5 clés essentielles pour booster votre fertilité ». Rejoignez nous !

Vous approchez ou vous avez dépassé la quarantaine et vous rencontrez des difficultés à tomber enceinte que ce soit naturellement ou via une PMA?

Alors vous avez sûrement entendu dire que la faute était probablement imputable en grande partie à la qualité et à la quantité de vos ovocytes comme il s’agit de la principale cause d’infertilité liée à l’âge (mais pas que…!).

Peut-être aussi souffrez-vous d’une insuffisance ovarienne précoce génétique ou suite à un traumatisme ou à un lourd traitement?

Quelle que soit votre situation, on a dû vous parler de DHEA lors de vos consultations de fertilité ou bien vos propres recherches vous ont vous-même conduit à l’évoquer avec le spécialiste qui vous suit.

Dans cet article, je souhaite faire le point avec vous sur cette hormone de jeunesse, les bénéfices qu’elle peut vous offrir pour votre projet bébé mais également certaines mises en garde à son utilisation.

Qu’est-ce que la DHEA?

DHEA

La DHEA (DéHydroEpiAndrostérone) est une hormone stéroïdienne androgène produite principalement par les glandes surrénales mais également, dans une moindre mesure, par les ovaires, les testicules et le cerveau.

C’est ni plus ni moins que l’hormone la plus abondante du corps humain!

Elle est dérivée du cholestérol (d’où l’importance capitale de consommer des bons gras pour favoriser sa synthèse par notre corps) et constitue le précurseur des hormones sexuelles (testostérone chez les hommes, oestrogènes et progestérone chez les femmes).

Elle possède plusieurs niveaux d’actions:

  • d’une part, elle agit sur la fatigue chez les personnes en manque de DHEA
  • d’autre part, elle soutient la fertilité, le vieillissement, la fonction immunitaire et la communication intercellulaire.

Elle montre un pic naturel entre 20 et 30 ans et décline ensuite de 20% par décennie après ça.

Ses effets ont été découverts en 1994 aux Etats-Unis par une équipe de recherche dirigée par le Professeur Samuel Yen. Elle a, à l’époque, largement suscité l’intérêt pour ses propriétés anti-âge et l’on voyait en elle une véritable hormone de jouvence permettant de vieillir tout en restant jeune. Pourtant elle n’a en réalité d’intérêt que chez les personnes qui en manquent et dont la santé est défaillante. Inutile donc de se supplémenter si vos taux sont corrects et/ou si votre état de santé est correct.

A l’heure actuelle, on trouve de la DHEA bio-identique (synthétisée à partir du yam – ou igname – sauvage) en pharmacie mais aussi dans de nombreux magasins naturels ou encore en ligne. C’est un moyen très largement usité de nos jours pour corriger les faibles taux de DHEA chez les femmes et les hommes lorsqu’ils prennent de l’âge.

Est-ce que je manque de DHEA?

Déficit en DHEA?

Le plus simple (et le plus sûr) reste bien entendu de faire établir un dosage sanguin par prescription médicale.

Mais avant d’en parler avec le médecin qui vous suit, voici quelques pistes fournies par le Dr Dominique RUEFF pour identifier un éventuel déficit en DHEA (1):

  • Vous êtes anxieuse ou triste, sans raison
  • Vous êtes trop fatiguée par rapport à votre âge et votre activité
  • Vous avez tendance à prendre du poids, sans raison
  • Vous avez de la cellulite, les muqueuses trop sèches
  • Votre libido est en berne (possible déficit parallèle en testostérone pour les deux sexes également)
  • Votre pilosité diminue, en particulier sous les bras et sur le pubis
  • Vos muscles se relâchent
  • Votre mémoire faiblit sans raison (possible déficit parallèle en prégnénolone).

Si vous vous retrouvez dans une ou plusieurs de ces affirmations, alors il serait judicieux de demander un dosage de votre DHEA et, si les analyses révèlent que vous en manquez,  de vous supplémentez jusqu’à atteindre les taux physiologiques d’une femme de 30 ans.

DHEA et amélioration de la qualité ovocytaire

Symbole de fertilité

Aujourd’hui, plus d’un tiers des spécialistes et cliniques de fertilité ont recours à la prescription de DHEA chez les femmes qui montrent un faible taux d’AMH (hormone anti-müllérienne) et une faible réserve ovarienne due à l’âge ou une insuffisance ovarienne précoce (2)(3).

Des études ont montré que la DHEA permettait d’améliorer l’environnement androgénique folliculaire augmentant ainsi la production de follicules(4).

Si l’on est familier avec le rôle des oestrogènes et de la progestérone dans la fertilité et la reproduction, on commence seulement à comprendre le rôle et l’importance des androgènes. Or la production d’androgènes diminue notablement avec l’âge à la fois chez les hommes mais également chez les femmes. Or, les hormones androgènes sont capitales chez les femmes pour leur sexualité d’une part mais également pour leur fertilité comme elles contribuent à la production de glaire cervicale et offre un environnement ovarien plus propice à la maturation folliculaire.

En outre, en plus d’améliorer le développement des follicules, des taux élevés d’androgènes montrent un effet rajeunissant sur les ovaires et contribuent à augmenter la qualité et la quantité des ovocytes dans les traitements contre l’infertilité (5).

De nombreuses recherches ont également réussi à mettre en évidence qu’une supplémentation en DHEA permettait d’améliorer la qualité embryonnaire, d’augmenter les chances de succès des FIV et pouvait contribuer à réduire les aberrations chromosomiques conduisant à des fausses-couches chez les femmes qui présentaient une faible réserve ovarienne (6)(7).

Comment utiliser la DHEA?

DHEA: mode d'emploi

D’ailleurs, votre médecin lui-même se doit de faire régulièrement vérifier votre taux de DHEA pour ajuster la posologie en conséquence au cours du traitement. Si ce n’est pas le cas, discutez-en avec lui pour assurer un monitoring mensuel et voir comment réagit votre corps.

Ne prenez pas de DHEA si vous souffrez d’un syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) comme la plupart des femmes qui en sont atteintes montrent déjà des taux trop élevés d’androgènes.

La plupart des femmes prennent en général une complémentation entre 50 et 75mg par mois pendant 1 à 4 mois. Mais une fois encore, pas d’auto-médication car cette complémentation doit impérativement s’effectuer sous contrôle médical.

Quant à la sécurité d’usage du produit, le professeur Baulieu, qui a été l’un des premiers à étudier cette hormone en France, a déclaré « Par précaution, on n’en prescrit pas à un patient qui a un cancer du sein ou de la prostate… Et on a peut-être tort d’ailleurs, mais on s’abstient car certaines vieilles théories prévalent toujours».

On note certains légers effets secondaires à la prise de compléments de DHEA tels qu’une peau plus grasse, de l’acné ou encore une augmentation de la transpiration.

Plus positivement, vous pouvez également expérimenter un regain d’énergie et une meilleure libido ;-).

Mais soyez patiente et donnez-vous un peu de temps pour que votre organisme s’habitue à ce nouvel apport de DHEA et voyez avec votre médecin pour d’ éventuels ajustements si les effets indésirables sont trop incommodants.

En conclusion, en parallèle à la prise d’antioxydants (CoEnzyme Q10 Ubiquinol, Phycocyanine NaturaBlue, vitamine C etc…) et à une alimentation fertiligène, une complémentation en DHEA apparaît comme une option intéressante à considérer avec votre médecin pour augmenter la santé des ovocytes que l’on cherche à concevoir naturellement ou via un parcours PMA.

(1) https://www.lettre-docteur-rueff.fr/dhea-hormone-rajeunit/

(2) Gleicher N, Barad DH. Dehydroepiandrosterone (DHEA) supplementation in diminished ovarian reserve (DOR). Reproductive Biology and Endocrinology : RB&E. 2011;9:67.

(3) Gleicher N. & Barad DH. Dehydroepiandrosterone (DHEA) supplementation in diminished ovarian reserve (DOR). Reprod Biol Endocrinol. 2011 May 17;9:67.

(4) Gleicher N, Weghofer A, Barad DH. The role of androgens in follicle maturation and ovulation induction: friend or foe of infertility treatment? Reproductive Biology and Endocrinology : RB&E. 2011;9:116. doi:10.1186/1477-7827-9-116.

(5)Barad D.H. & Gleicher N. Increased oocyte production after treatment with dehydroepiandrosterone. Fertil Steril. 2005. Sep; 84(3):756.

(6) Barad D. & Gleicher N. Effect of dehydroepiandrosterone on oocyte and embryo yields, embryo grade and cell number in IVF. Hum Reprod. 2006 Nov. 21(11):2845-9.

(7) Zangmo R, Singh N, Kumar S, Vanamail P, Tiwari A. Role of dehydroepiandrosterone in improving oocyte and embryo quality in IVF cycles. Reprod Biomed Online. 2014 Jun;28(6):743-7.

Photo 2 (DHEA): By Edgar181 – Own work, Public Domain, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=3495258

Laisser un commentaire

*